Induction hypnotique: la bonne vieille technique de la RMP

Quand on parle d’hypnose, on pense généralement à une personne immobile et silencieuse qui écoute passivement.

Pourtant, l’hypnose est une démarche active et tout ce que la personne vit pendant sa séance d’hypnose est créé para la personne elle-même.

On dit que tout processus d’hypnose est en réalité un processus d’auto-hypnose. L’hypnotiseur n’hypnotise personne. Les gens s’hypnotisent eux-même, avec l’aide d’une personne extérieure qui leur facilite le travail.

 

L’induction hypnotique est généralement considérée comme une étape essentielle pendant une séance d’hypnose. C’est le moment où on accompagne la personne dans un état de transe qui doit être suffisamment stable et profond pour que la personne puisse vivre son expérience hypnotique.

 

Même si la profondeur de la transe n’est pas fondamentale, ça peut être intéressant pour la personne d’approfondir son état hypnotique. Une transe profonde permet souvent des déblocages et des prises de conscience.

On peut ajouter comme avantage d’une transe profonde que la personne sera certainement plus ouverte aux suggestions (certainement mais pas forcément).

 

 

Un problème que les praticiens en hypnose rencontrent régulièrement, c’est le cas de personnes « résistantes » qui n’arrivent pas à se laisser aller en transe profonde.

Leur esprit reste en surface, et ces personnes peuvent croire que l’hypnose ne fonctionnent par sur elles. (souvent parce qu’on ne leur a pas bien expliqué ce qu’est une transe).

 

Avec ce genre de personne, on peut être tenté de faire des inductions très longues et indirectes pour contourner ces résistances.

Le problème, c’est qu’on n’a pas que ça à faire.

Pendant une séance d’hypnose, l’induction est l’étape sur laquelle on devrait passer le moins de temps possible.

 

Le temps économisé sur l’induction peut être utilisé pour des choses plus intéressantes et fondamentales: le questionnement et les suggestions.

 

Comment faire pour accompagner rapidement une personne résistante en transe?

 

 

D’abord, en mettant de coté la notion de transe. En parlant de relaxation physique et mentale, on met moins de pression sur la personne et on lui fait moins peur.

Parler d’état d’hypnose ou d’état modifié de conscience, ça fait flipper et ça ne veut rien dire.

 

Ensuite, pour ce qui concerne l’induction proprement dite, on peut commencer avec un pretest, pour savoir si on a affaire à une personne suggestible ou résistante: mains magnétiques, chute avant/chute arrière, catalepsie du bras…

Si ça ne prend pas, inutile de poursuivre sur le terrain des phénomènes hypnotiques. Plutôt que d’insister, je vous recommande de rester sur de la relaxation pure en utilisant une bonne vieille technique aussi simple qu’efficace: la RMP ou Relaxation Musculaire Progressive.

 

C’est quoi la Relaxation Musculaire Progressive?

 

 

C’est très simple: il suffit de suggérer au client de détendre ses muscles de manière progressive, c’est-à-dire un par un. Plus exactement un groupe musculaire après l’autre.

Ca parait un peu fastidieux mais c’est très efficace et on peut obtenir rapidement une transe profonde avec ce système.

 

Le premier avantage, c’est de rendre la relaxation accessible à la personne. Si vous dites à quelqu’un de se détendre, il ne sait pas forcément comment faire. Mais si vous lui dites de détendre une seule partie du corps, ça devient beaucoup plus simple.

Contrairement à l’idée communément répandue, une personne « résistante » a besoin d’être dirigée. Bien plus qu’une personne suggestible.

En lui donnant une marche à suivre étape par étape, vous lui facilitez énormément le travail. Il s’agit évidemment de donner des consignes qui soient simples et acceptables.

 

La RMP est excessivement simple à mettre en place: il s’agit de détendre des muscles par groupe, de bas en haut ou de haut en bas. Personnellement, je préfère de haut en bas mais ça n’a pas vraiment d’importance.

Pour m’y retrouver, j’utilise systématiquement la liste suivante:

-le front

-les muscles entre les yeux

-les paupières

-les globes oculaires

-les arêtes du nez

-les paumettes

-les muscles du menton, des lèvres, de la langue

-les temps, les oreilles, les machoires

-les muscles du cou, de la gorge

-la nuque

-les épaules

-les omoplates

-le milieu du dos

-les lombaires

-les bras

-les coudes

-les avant-bras

-les poignets

-les mains

-la cage thoracique

-le ventre

-le bas-ventre

-le bassin

-les cuisses

-les genoux

-les mollets

-les chevilles

-les pieds

 

Voilà pour la progression logique, c’est très simple. Maintenant, voyons comment formuler les suggestions.

 

D’abord, pour créer un rythme hypnotique, je préconise la répétition de structure. Ca veut dire formuler les consignes toujours de la même façon:

-Vous pouvez détendre les muscles du front

-Vous pouvez détendre les muscles entre les yeux

etc…

 

Pour rendre le discours plus hypnotique, on peut utiliser une langage dissociatif, c’est-à-dire qu’on dira LE front plutôt que VOTRE front.

Pour accentuer l’effet de dissociation, on peut formuler « le front se détend », pour suggérer que la personne s’observe en train de vivre quelque chose.

Ca donnerait à peu près ça:

le front se détend, les muscles entre les yeux se détendent, les globes oculaires se détendent…

 

On valide l’acceptation en observant la réaction des différentes parties du corps. Quand la personne se relaxe, c’est visible.

 

Bien prendre le temps entre chaque partie, pour que la personne aie le temps de détendre ses muscles en profondeur. Eventuellement, lui demander si ça se passe bien.

 

Pour accentuer l’effet de rythme, on peut formuler les suggestions en se calant sur les expirations de la personne.

 

Une technique simple et efficace. On peut faire un balayage corporel complet en 5 minutes environ.

 

Vous vous ne doutez, ce n’est pas toujours suffisant. Certaines personnes peuvent avoir l’esprit très agité ou se définir comme « cérébrales ». Pour les aider à entrer en transe, on a besoin de les saturer au maximum.

On peut les saturer en ajoutant d’autres consignes: leur demander de toucher chaque partie du corps au fur et a mesure avec les paumes de leurs mains.

Quand vous dites que le front se détend, la personne doit placer ses paumes sur son front, pareil pour les yeux, etc.. (sauf  le dos).

Pour court-circuiter son discours interne, on peut lui demander de répéter intérieurement chaque suggestion 3 fois.

Par exemple quand vous dites « les mains se détendent », la personne doit se répéter 3 fois « les mains se détendent ». Ainsi, la personne ajoute l’autosuggestion à vos suggestions.

 

Cette technique de RPM est particulièrement simple et efficace. Elle est énormément utilisée en sophrologie mais rarement en hypnose, à cause de son coté répétitif. Alors que c’est justement le coté répétitif des suggestions qui créé un rythme hypnotique.

 

A vous de jouer 😉

 

Pour aller plus loin

 

Vous voulez en apprendre plus sur les suggestions hypnotiques? Développer vos connaissances et vos compétences?

Rendez-vous sur l’espace formations et trouvez les formations qui vous correspondent

 

 

Merci de votre attention

Belle journée

 

Emmanuel